L'indemnisation de la victime à la suite d'un acte d'homophobie.

-

L'homophobie frappe en France des centaines de personnes qui sont discriminées, violentées, agressées.

De l’insulte aux coups et blessures, nombre d’entre elles sont états d'importants préjudices à la suite des violences exercées.

Réprimée par le Code Pénal, une agression à caractère homophobe est une infraction aggravée qui entraîne une augmentation des peines encourues, après démonstration du caractère homophobe de l’agression.

Démontrée, l'agression homophobe est une circonstance aggravante des violences volontaires.

La qualification pénale de l’agression dépendra du jour d’ITT résultant de l’agression ou de l'acte perpétré (délit ou crime).

Une victime d’agression homophobe doit déposer plainte, afin que l'auteur des faits mais aussi pour obtenir réparation de ses préjudices.

Elle se constituera partie civile devant les juridictions pénales.

En cas d'agression, la victime doit immédiatement consulter un médecin pour obtenir un certificat médical qui constatera la réalité des blessures.

Il convient dès le début du dépôt de plainte de se faire assister d'un avocat qui aidera la victime dans ses démarches.

En effet, l'avocat permettra d'accompagner la victime dans toute procédure, plus ou moins lourde, en face d'enquête ou d'instruction, pour que soit reconnu tout type d'agression et son caractère homophobe.

Ainsi, il convient d’envisager toute procédure d'enquête ou d'instruction pour la reconnaissance pour la victime d'un acte homophobe subi et de l'indemnisation de la totalité de ses préjudices avec un avocat habitué à ce type de saisine et de combat.

​​​​​​​